Solidarité Jeunesse

ÉDITORIAL

Bonheur épistolaire de nos pupilles*

Quand Solidarité Jeunesse-Orphelinat Maçonnique, dont la mission essentielle est basée sur la fraternité et l’aide à l’égard de nos orphelins, reçoit des courriers de nos pupilles, le Président et son conseil d’administration sont largement récompensés au-delà de toute espérance.

C’est la raison pour laquelle il nous semble indispensable de citer quelques passages de ces missives toujours remplies de sentiments merveilleux:

”Le frisson du vide, de la peur, du manque de repère, du manque de notre père… ma sœur et moi nous étions perdus. Mais les Frères de Papa, et en l’espèce Solidarité Jeunesse, ont pris le relais et ils ont su redonner l’élan pour devenir ce que nous sommes aujourd’hui. Solidarité Jeunesse fait désormais, par son soutien financier et moral, partie de notre famille.” Olivier, Ingénieur de la santé

Depuis des années, j’ai la chance d’être aidée par Solidarité Jeunesse dans les étapes difficiles de la vie. Il faut que l’on sache que cette association sera toujours présente pour apporter un grand soutien et que les orphelins ne seront jamais seuls.” Alice

Il est un principe dans la nature, plus universel encore que ce que l’on appelle la lumière naturelle: c’est le désir d’être heureux. 
C’est un principe que Solidarité Jeunesse instaure comme règle de conduite à l’égard de tous nos pupilles.
C’est sur terre que l’on vit, c’est sur terre que les enfants doivent être heureux, car c’est le seul but qui mérite d’être poursuivi à l’aide de l’action, totalement désintéressée, de Solidarité Jeunesse-Orphelinat Maçonnique.
Kant disait : “le bonheur est un idéal non de la raison, mais de l’imagination.

«Le bonheur n’est pas le but, mais le moyen de la vie»
Paul Claudel

 

LE 31/10/2021, Patrick Leclerc (administrateur de SJ-OM)